La porte de Fer

PORTA OCCIDENTALIS est son nom romain. Grâce à ...

La porte de Fer

Son appellation d’origine en latin est Porta occidentalis. C’est la seule des quatre portes par laquelle la vie urbaine s’est poursuivie sans interruption durant les dix-sept siècles de l’histoire de Split.

Ouverte depuis le premier jour, elle a été le témoin de tous les événements que la ville a connu depuis l’époque romaine, en passant par le Moyen-Age et jusqu’à nos jours, voyant toutes les autorités, pouvoirs et influences que la ville a subi, pour qu’aujourd’hui encore, par le son de ses cloches de son horloge Renaissance, elle puisse saleur sa ville, ses habitants et ses visiteurs. Sur le fronton, autrefois régnait le relief de la déesse romaine de la victoire, Nike, mais dès le Ve s. à son emplacement les Chrétiens y gravèrent la croix comme leur symbole. Au XIe s. au-dessus de la porte on y nicha la chapelle de la Vierge du Clocher, originairement dédiée à saint Théodore, avec un remarquable clocher préroman.

Au Moyen-Age l’espace intérieur de la porte servit de tribunal, et il n’y a qu’à peine une cinquantaine d’années, c’était le royaume des petits commerces. Toute cette dynamique historique est toujours visible avec la construction des maisons s’adossant aux murs de la porte, avec son clocher et une partie du chemin de ronde de la garde romaine d’où on a une vue exceptionnelle sur le decumanus et la Place du Peuple (la Piazza), avec une de ses particularités, son horloge au cadran de 24 heures (et 24 chiffres romains). Flanquant l’entrée on peut admirer une des plus belles demeures patriciennes de la famille Cipriani Benedetti ornée de deux rangés de fenêtres à ouvertures sexpartites, uniques en leurs genres.

Partager:

Saillants

Inscription à la newsletter